Cittaducale

Cittaducale se dresse, majestueux, sur la colline de Cerreto Piano, arrosée par le Velino, dans une région qui, à la préhistoire, fut habitée les Aborigènes, puis par les Pélasges venus de la mer Adriatique. Elle forme un magnifique exemple de cité-forteresse de la fin du Moyen Âge et se trouve non loin de Rieti et de Rome, que l’on peut gagner en moins d’une heure et demie.

Les Pélasges fondèrent trois cités qui furent détruites lors de l’arrivée des Sabins.

Un maillage de rues orthogonales conduisent jusqu’à la piazza del Popolo, centre civique, religieux et commercial entouré de palais, où se trouve le beffroi.

Aujourd’hui encore, on distingue certaines portions des remparts et de leurs tours défensives, dont celle qui garde l’accès principal au village, appelée Torre Angioina ou Cassero di S. Manno.

Dans les environs, l’empereur romain Vespasien fit construire de splendides thermes, dont les restes sont aujourd’hui encore visibles non loin du centre-ville, dans une zone archéologique de grand intérêt.
À proximité des anciens thermes romains, on trouve des restaurants, des squares et des fontaines thermales, ainsi qu’un petit lac d’eau sulfureuse.

La cathédrale du XIVe siècle, Santa Maria del Popolo, forme une étape indispensable de la visite de Cittaducale, avec sa façade en pierre de style gothique des Abruzzes et sa rosace, ainsi que son intérieur du XVIIIe siècle.

La cuisine traditionnelle comprend les sagne alla molinara, plat typique de l’art culinaire local composé d’ingrédients simples, tels que la farine et l’eau. Ces pâtes sont étirées à la main au cours d’une fabrication particulière et contraignante.
Au dessert, les châtaignes accompagnées de vin chaud sont un must en automne.

Share this:

Villes et villages