Colosseo

Le Colysée

L’ l’Amphithéâtre Flavio, mieux connu sous le nom de Colysée est un des plus célèbres monuments du monde. Il fut construit par les empereurs de la dynastie des Flaviens : Vespasien, qui fit commencer les travaux en 72 apr. J. C., son fils Titus, qui l’inaugura en 80 apr. J. C. et Domitien, frère de ce dernier, qui finalisa la construction et les décorations.

L’amphithéâtre avait été conçu pour accueillir les numera gladatoria, les célèbres combats de gladiateurs (qui à l’époque impériale s’ajoutaient aux ludi circenses, les courses de chars du cirque Maxime) et les venationes, des simulacres de chasse avec des animaux féroces ou exotiques, provenant des plus lointaines provinces de l’Empire.

La construction de l’amphithéâtre le plus célèbre au monde fut financé grâce au butin issu du pillage du temple de Jérusalem, que Tito avait conquis en 70 apr. J. C.  On choisit de le construire à l’extrémité du Forum Romain, dans une cuvette où s’étendait un énorme lac artificiel que Néron avait fait réaliser sur un terrain public pour agrémenter sa fastueuse résidence, la Domus Aurea. Vespasien répara l’abus de son prédécesseur en rendant l’espace à la collectivité, ce qui lui valu une grande estime populaire.

Pourtant, le nom de l’Amphithéâtre Flavio évoque encore de nos jours  l’empereur le plus détesté de l’histoire de Rome. En effet le terme Colysée (Colosseo en italien) attesté depuis le VIIIe siècle provient d’une énorme statue en bronze doré à l’effigie de Néron qui se trouvait près du monument. On l’appelait « le colosse » à cause de ses dimensions hors norme.

Au IVe siècle l’empereur Constantin interdit les jeux de combat et le Colysée perdit peu à peu de son prestige, d’autant que les finances publiques ne permettaient plus d’organiser des spectacles aussi fastueux. Les derniers jeux s’y déroulèrent en 523 apr. J. C., à l’initiative du roi d’origine ostrogothe Théodoric.

A partir de la seconde moitié du VIe siècle le Colysée fut systématiquement dépouillé de ses matériaux : le travertin de la structure portante, les revêtements en marbre, les blocs de tuf, les innombrables briques, les pattes en métal qui maintenaient les différentes pierres, comme en témoigne les nombreux trous visibles dans le travertin.

A l’occasion du Jubilée de 1750 le pape Benoît XIV mit fin au pillage en faisant du Colysée un lieu de commémoration des martyrs chrétiens. Il fit ériger une grande croix au centre de l’arène et bâtir quatorze chapelles le long de la Via Crucis, que l’on célèbre encore aujourd’hui le Vendredi Saint.

Share this: