Les thermes de Vespasien à Rieti

En suivant à partir de Rieti l’ancienne Voie Salaria vers Ascoli – L’Aquila, nous traversons le territoire de Cittaducale. Toute la plaine est traversée par le Fleuve Velino et par le Peschiera ; le long du parcours on rencontre les Thermes de Vespasien qui portent le nom de l’empereur qui passait ses vacances dans une villa située dans cette zone. Ce n’est pas un hasard que les Thermes aient été construits ici ! Les caractéristiques du territoire ont permis, dès l’antiquité, d’apprécier les bénéfices des sources sulfurées présentes dans le territoire et leurs qualités thérapeutiques.

L’imposant complexe d’époque romaine des Thermes devint fameux quand Vespasien et puis son fils Titus commencèrent à utiliser les eaux dans des buts thérapeutiques. Nous suivons un chemin délimité par des murets de pierres sèches et nous arrivons devant un véritable ouvrage monumental : le site des thermes.

L’emplacement présente des terrasses dont la mieux conservée contient une piscine grandiose à laquelle on accède par des escaliers situés sur les côtés du bassin. En haut à gauche, un nymphée dont la source était utilisée pour alimenter la piscine, avec, sur les côtés, une série de couloirs, de pièces et de niches rectangulaires ou semi-circulaires.

A deux pas de là, il y a le Lac de Paterno, identifié comme “Lacus Aquae Cutiliae” , près duquel l’empereur Flavius Vespasien et son fils Titus passaient leurs vacances d’été, comme le suggèrent les restes de la grande villa rustique aux environs de Paterno.

Sur le lac, considéré sacré, se dressait un îlot flottant sur lequel se trouvait un sanctuaire dédié à la Déesse Vacuna, une divinité très vénérée par les anciens Sabins et ensuite par les Romains aussi, protectrice des sources considérées miraculeuses qui alimentaient le lac connu pour ses propriétés bienfaisantes qui commencèrent à être exploitées pour l’usage thermal, au moins pendant les siècles de l’empire. Le lac de Paterno conserve une atmosphère magique, due aussi à la vue qui s’offre, du côté de la Voie Salaria, vers la colline boisée sur laquelle s’élève le village homonyme de Paterno.

Share this:

Lieux historiques