Ostie : tout un monde à découvrir !

La chaleur arrive, c’est le temps du hit parade, et c’est avec « Ostia Lido » le tube de l’été du rappeur italien J-ax, que nous plongeons dans la mer romaine. Où peut-être préférez-vous le célèbre plongeoir du Kursaal, création de l’ingénieur Pierluigi Nervi. Aujourd’hui ce trampoline a été restauré mais a gardé sa curieuse forme circulaire. Laissez vos claquettes au bord de la piscine, et gradin après gradin, plouf !
Le rappeur milanais a bien raison, assez des mers tropicales, car l’Italie entière est entourée de mer, et Rome a son Lido !

Ostia

Ostie, c’est la mer des Romains. Une ville immortalisée par les romans de Pasolini et, à partir des années 70, par le film Ostia de son ami Sergio Citti ; elle fut le aussi le décor de nombreux ciné-panettone, un sous-genre de comédies graveleuses qui l’ont portée au sommet du box-office.
Bâtie au début du XXe siècle, elle fut jumelée avec Rome dans les années 30, devenant un quartier de la Capitale à part entière, où architectes et ingénieurs créèrent des édifices modernes, des places et des établissements balnéaires qui aujourd’hui encore sont au centre de la movida estivale.

Porto di Ostia

Depuis quelques années Ostie s’est dotée d’un nouveau port de plaisance qui accueille des bateaux de toutes dimensions, offrant aux voyageurs du monde entier la possibilité d’accoster près de Rome et de profiter des merveilles de la ville sans renoncer à la mer. Non loin du port, et plus précisément à l’Idroscalo, le monument dédié à Pier Paolo Pasolini, se situe la Lipu, une réserve naturelle où l’on vient de recenser plus de 200 espèces d’oiseaux, dont des oiseaux nicheurs rares comme le héron pourpré (qui forme ici la plus grande colonie du Latium), et que l’on repère facilement parmi les grèbes, les blongios nains, les poules d’eau, les butors d’eau, les échasses blanches, les busards des roseaux, ainsi que de nombreuses espèces limicoles et d’anatidés, dont la très rare fuligule nyroca.
Quand vous êtes dos au port s’ouvre le  lungomare, le front de mer, où il fait bon se promener à vélo au coucher du soleil ou au petit matin ; les partisans du moindre effort pourront “enfourcher” une trottinette électrique. Si vous êtes sportifs, sachez qu’à Ostia le beach-volley est ouvert et praticable toute l’année !

Ostia – Panoramica dal pontile

Quand vous arriverez au pontile (ponton), un des symboles d’ Ostia Lido, arrêtez vous pour boire un verre de prosecco et profitez de la brise marine qui vous délestera de la chaleur estivale.
Partez pour une flânerie vintage entre les petites immeubles et les villas liberty du centre ville et les maisons ouvrières de la Via della Marina qui racontent l’histoire humaine du lieu. Puis il y a le Corso Duca di Genova et les couleurs vives du Palazzo del Pappagallo (l’immeuble du perroquet) situé sur la place Anco Marzio.

Piazza Anco Marzio

Admirez aussi le Palazzo del Governatore, réalisé par l’architecte Vincenzo Fasolo en 1924 ; la Colonia, appelée aussi Vittorio Emanuele III, construite entre 1916 et 1920 sur un projet de l’architecte Marcello Piacentini, initialement destinée aux cures héliothérapiques pour les enfants atteints de tuberculose. L’architecture moderniste de cette période est également visible dans les bâtiments publics. Vous remarquerez les éléments futuristes du bâtiment des Postes signé Angelo Manzoni, dont l’entrée est scandée par un ensemble de colonne placées en demi-cercle, évoquant les pins du parc de Castel Fusano. Ostie a été pensée comme une  ville-jardin, où chaque détail esthétique devait transmettre une idée de repos, de vacances.
Nous allons maintenant quitter le littoral romain pour découvrir l’arrière-pays d’Ostie.
Avez-vous pensé au pique-nique ? La pinède vous attend avec ses parfums et sa fraîcheur humide.

ostia_antica_testata
Villa di Plinio il Giovane

Marchez encore pour arriver au site archéologique de la Villa de Pline le Jeune à Castel Fusano.
Pour les amateurs d’archéologie, le voyage continue qu’au parc archéologique  d’Ostia Antica, proche du Lido. On peut y accédez en voiture ou avec le train Freccia del Mare. Les marchés, les domus, le forum, le temple, la basilique et le théâtre vous ramèneront avec émotion aux temps de la Rome Antique. Les soirs d’été, des pièces de théâtre y sont joués, et le spectacle mêlé à la magie du lieu est un moment unique.
A l’entrée du Parc archéologique se dresse le magnifique Château de Jules II , en excellent état de conservation, conçu pour surveiller le cours du Tibre, qui par le passé avait produit des inondations catastrophiques. Autour du château se développe un joli bourg médiéval et Renaissance avec des ruelles, des inscriptions anciennes et une atmosphère silencieuse qui vous renvoient cinq cent ans en arrière.

tellina

Dans le village de pêcheurs d’Ostie se tient chaque année la fête de la telline. On y sert des plats de spaghettis aux tellines divinement bien cuisinées ! Le soir des concerts sont organisés. Outre les spaghettis on y mange des spécialités locales comme la « friture de calamars et de gambas”, le tout accompagné d’un bon vin. Généralement la fête se déroule du 20 au 25 août, et cela vaut la peine de se déplacer pour déguster ce plat typique du littoral romain.
Pour finir, visitez les Dunes, en particulier la zone de Capocotta d’un grand intérêt environnemental et sociétal : la plage est reconnue par le mouvement naturiste international et est très fréquentée par la communauté LGBT romaine.

Le dune si sono formate grazie ai depositi sabbiosi trasportati dalle acque del Tevere, che attraverso la forza del mare si distribuiscono lungo la costa. Fatevi coccolare dalle sue morbidezze che accompagneranno la vostra passeggiata in questo splendido angolo della costa tirrenica che si estende per 5 chilometri, un tratto regalato dal Presidente della Repubblica ai romani.

Share this:
Amenities

Idées de voyage

Add to Wishlist

Reportage. Dans la région de Viterbe en famille Nous étions en avril, mais en été c’est encore mieux. Après quelques heures de trajet, l’indication « Viterbo 2 km » apparaît sur l’autoroute. A l’arrière les enfants exultent car ils savent que nous sommes partis pour trois jours de découverte et d’amusements en compagnie d’amis. Le groupe est conséquent, mais la réservation de l’hébergement – certains vont à l’hôtel, d’autres en B&B, d’autres en gîte, a été très simple. Parking gratuit au centre, près de la via Faul. Les enfants sont immédiatement attirés par une statue gigantesque qui surgit du sol. Elle s’appelle “Risveglio” (réveil). Et pour cause ! Immédiatement, un selfie ! Pas facile de cadrer à la fois le géant et le groupe en entier, mais on y est arrivés. Il est temps de partir à la découverte de Viterbe. Nous sommes encore un peu hébétés par le voyage quand nous entrons dans le centre historique. Première étape, la piazza del Plebiscito, avec deux splendides édifices pour cadre, le Palazzo Prefettura et le Palazzo dei Priori. Nous franchissons le portail du Palazzo dei Priori, siège de la Mairie et nous voilà dans la cour intérieure, face à une superbe fontaine du XVII siècle où il n’est pas défendu de jouer avec l’eau. De toute façon, comment freiner la joyeuse énergie des enfants ? De là la vue sur la ville est on ne peut plus attractive. La couleur grise des édifices en pierre tufacée et le basalte des rues rendent l’atmosphère très particulière. La beauté des palais, les fontaines présentes sur chacune des places évoquent la richesse et le faste d’antan. Nous adressons tous une pensée reconnaissante à ceux qui nous légué ces merveilles en héritage. Dans la vieille ville, les rares voitures qui circulent nous permettent de nous détendre et de laisser le champ libre aux enfants, qui lèchent les vitrines des boutiques ou se cachent derrière les escaliers menant aux entrées en saillie des maisons du quartier médiéval de San Pellegrino. Intact. Avant de visiter la cathédrale, nous décidons de manger sur le pouce pour respecter notre programme de visites. Café pour les adultes et glace pour les enfants, après tout nous sommes en vacances ! A présent cap sur la cathédrale romane dédiée à saint Laurent, le principal lieu de culte de la ville. On aperçoit déjà sa silhouette en marchant dans la Via san Lorenzo. Mais auparavant on traverse la place avec le Palais des papes et la fameuse loggia des ‘’bénédictions’’. En voyant le ciel se découper à travers la dentelle des arcades les enfants sont bouche bée et demandent qui possédait une demeure aussi belle et aussi raffinée. Impossible de ne pas leur raconter l’histoire de ces cardinaux un peu indolents, qui au Moyen Age, plus précisément en 1271, furent enfermés à clef dans le palais jusqu’à ce qu’ils se décident à élire le pape. Ce qu’ils firent en quelques heures. Durant les milles jours précédents, ils n’avaient pas réussi à se décider. C’est ainsi qu’est né le conclave pour l’élection des papes, qui aujourd’hui se tient à la Chapelle Sixtine au Vatican. Le Duomo est superbe, car beaucoup de papes ont séjourné à Viterbe. Les curiosités qui intriguent les enfants ne manquent pas, et l’on cherche ensemble sur le Smartphone des éléments historiques et des anecdotes. Ils ont été captivés. L’ascenseur qui nous ramène au parking est pratique et confortable. Après deux heures de repos mérité, une question se pose : «où on mange ce soir ? ». Chacun, mais seuls les « grands » cette fois, prend son Smartphone et fait une proposition après avoir consulté sites et réseaux sociaux. 15 minutes plus tard, le restaurant de cuisine traditionnelle est réservé, le dîner est sauf, on peut poursuivre notre visite de Viterbe. Le deuxième jour nous allons à Bagnaia, un bourg non loin de Viterbe, où nous visitons Villa Lante, une villa du XVIe siècle avec un jardin superbe, orné de multiples jeux d’eau et d’une magnifique végétation en fleur qui se développe sur cinq niveaux de terrasses. Avec les enfants, la présence de l’eau peut rendre la visite plus compliquée. Mais l’ensemble du jardin regorge de curiosités, ils sont fascinés par le ruissellement des eaux et les sculptures qui donnent à lieu une dimension hypnotique. La visite de Bagnaia a été assez rapide et nous avons encore la journée devant nous. On se dirige alors vers Bagnoregio pour découvrir un lieu incontournable, une des communes de Cività, connue sous le nom de « la città che muore » (la ville mourante). Une fois arrivés dans la ville des falaises, on remarque aussitôt la forte affluence de visiteurs. Mais sur le parking il y a de la place pour tous, y compris pour les nombreux camping-cars stationnés dans l’aire dédiée. Nous n’empruntons pas la navette et décidons de gagner la ville à pied : un peu moins de deux kilomètres, de quoi se dégourdir les jambes après un trajet en voiture. Le site, candidat au Patrimoine de l’UNESCO est accessible en payant un billet à prix modique avant d’entreprendre la montée du long pont qui mène au bourg. C’est avec plaisir qu’on apporte cette contribution. Le lieu est magique, et le panorama de falaises qui le ceinture est inédit. Ces aiguilles dressées sur des pentes sableuses et instables semblent un jeu d’équilibre conçu par un sculpteur, mais il s’agit bien de l’œuvre de mère nature. Entièrement construite dans le tuf, sur laquelle elle repose, la cité est véritablement fascinante. Elle évoque à nos enfants ces villages maritimes où l’on se promène tranquillement dans des ruelles ornées de fleurs et de plantes du maquis méditerranéen parmi les visages inconnus de vacanciers qui reviennent de la mer en fin d’après-midi. Ainsi le charme de Cività a su raviver les souvenirs heureux de leurs jeunes mémoires. La visite nous a enchantés. Avant de rentrer, une dernière photo pour immortaliser le souvenir de cette journée et ajouter un post à notre album de voyage. Pour un bref déjeuner nous faisons cap sur Bolsena, une petite ville donnant sur le célèbre lac du même nom. Nous y sommes en dix minutes de voiture. Nous nous contentons de la brise du lac et de la vue sur le centre historique où se dresse le château Monaldeschi, tandis que les enfants jouent librement sur les rives de sable et dans les aires de jeux qui leur sont destinées. Le matin du troisième et dernier jour de vacances, nous ressentons un pincement au cœur à l’idée de quitter ce lieu qui nous a accueilli comme de vieux amis, où nous nous sentions comme chez nous, mais il est temps de partir pour notre dernière étape : Bomarzo et son Parc des Monstres, autre lieu magique pour les enfants. Notre visite tombe en même temps que le Palio di Sant’Anselmo : le village est plein d’étendards des différents quartiers qui flottent depuis les balcons et de figurants en costume d’époque qui se préparent pour la parade. Le cortège défile dans la rue principale du village, et les quartiers rivalisent à coups de tambours et de numéros de jongleurs de drapeaux ; de jeunes filles en costume distribuent un gâteau traditionnel, le Pane di Sant’Anselmo, dans des paniers en osier. Tout le monde est ravi, et le spectacle, haut en couleurs, faire taire tous les velléités de caprice. Nous choisissons de visiter Bomarzo en fin d’après midi car certains jours de l’année, l’affluence de visiteurs est telle que la file d’attente pour la billetterie peut être très longue. Les parkings, en tout cas, ne manquent pas. Dans ce parc la nature est luxuriante ; nous laissons les enfants gambader librement à la découverte de ce lieu un peu en dehors du monde, presque surréel, qui surprend autant les enfants que les adultes. Photos, selfies, cadrages inédits racontent notre visite du parc et complètent le riche album photo de nos vacances dans la région de Viterbe. L’ogre des contes, la maison penchée, le temple, la tortue géante, sont une incroyable surprise pour nos enfants, qui caracolent sur les sentiers jusqu’à se retrouver, impressionnés, devant des géants, d’énormes bouches ouvertes dans lesquelles ils entrent en frissonnant, eux pourtant si téméraires, et des éléphants aux pattes plus grandes que papa. La Parc des Monstres de Bomarzo a conquis petits et grands, et nous savons maintenant qu’il a frappé l’imagination des enfants qui sont fiers d’en parler à leurs copains ! Ces trois jours sont une expérience que nous conseillons vivement, avec émotions garanties ! Nous la referons sans doute, dans une autre partie du Latium.

  • 01100 Viterbo VT, Italia