Sant’Elia Fiumerapido

À quelques kilomètres de l’abbaye du Mont-Cassin, Sant’Elia conserve ses remparts polygonaux du VIe siècle av. J.-C., des portions d’un aqueduc romain, des églises du Moyen Âge et de la Renaissance, mais aussi baroques, riches en œuvres d’art. Les monts Bianchi, une des zones les plus sauvages d’Italie, se trouvent non loin.

Fondé autour de l’an mil, le village a été un fief de l’abbaye pendant plus de huit cents ans. Malgré les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, le centre-ville a conservé de vastes portions de remparts, quelques tours médiévales et des vestiges de portes.

Il faut y ajouter deux ponts et l’église médiévale Santa Maria Maggiore, un peu excentrée, avec ses fresques et son sol en mosaïque, qui offre une vue magnifique sur la vallée.

Le centre-ville regorge d’églises et de chapelles romanes, perdues dans le dédale de ruelles, dont, pour n’en citer qu’une, Santa Maria la Nova, construite au XIIIe siècle, avec son orgue et son chœur marqueté du XVIIe siècle.

Outre son patrimoine historique et artistique, le village est à deux pas d’une zone sauvage protégée : les monts Bianchi. La dolomie blanche en fait un paysage unique, moucheté de rares fleurs.

La gastronomie, qui s’inscrit dans la tradition de Ciociarie, est délicieuse, et s’enrichit de quelques spécialités qui méritent d’être goûtées : le canascione santeliano, sorte de pain garni, le pane ammollo, une soupe de pain et de légumes, à laquelle une sagra (fête) est consacrée en août, la bistecca santeliana, un poivron farci et frit. Accompagnez le tout de l’excellent Atina DOC (AOC), un vin de grande qualité produit à partir de cépages français qui se sont remarquablement adaptés à la région.

Share this:
distanza da Roma140km
da non perderepasseggiata nel centro storico
sito webComune di Sant’Elia Fiumerapido
Share this:

Villes et villages