Seul sur l’île… de la magique Ponza

Que ce soit pour des vacances plus ou moins courtes ou pour une journée entière, l’excursion à Ponza est toujours une expérience à faire ! Tout commence au moment de l’embarquement, en grimpant à bord d’un bateau, d’un ferry ou d’un hydroptère à la recherche d’un endroit où admirer l’étendue de mer, la piste blanche laissée par le vaisseau, les mouettes et, avec un peu de chance même les dauphins qui escortent un temps le voyage, le soleil et le vent pour emmêler les cheveux.

Ponza

La traversée en hydroptère est brève, et tandis qu’il se rapproche de la terre ferme, le parfum de l’île se répand et le charme des maisons couleur pastel opère : elles forment le décor expressif d’une vie animée qui s’écoule, joyeuse et insouciante, mêlant résidents et touristes dans une humanité unique.
Les 8 km de réseau routier de l’île orientent le touriste vers un moyen de transport agile et rapide comme les scooters, les vélos, normaux ou électriques, que l’on peut louer à l’arrivée. Sans oublier les taxis et les bus qui permettent des tours panoramiques jusqu’au sommet du village.

Et que dire des va-et-vient colorés de bateaux pittoresques qui font de courtes traversées pour conduire les touristes sur les plages, puis retourner les chercher l’après-midi. Ces petites embarcations équipées d’un guide et de son mégaphone accompagnent les touristes autour de l’île, pour admirer la beauté des rochers caractéristiques aux noms fantasques, raconter l’histoire ancienne de l’île et montrer la splendeur des fonds marins, riches d’une faune et d’une flore si extraordinaires qu’elles font la joie des amateurs de plongée sous-marine?

Ponza – Costa

Et à propos de fonds marins uniques et fabuleux, à explorer et découvrir, ne manquez pas l’occasion d’aller à Palmarola pour vivre l’émotion de poser le pied sur une île déserte, et se laisser envoûter par la mer cristalline et la nature sauvage de celle qui est pour le documentariste Folco Quilici l’une des plus belles terres émergées de la planète.

Pendant la journée, les ruelles étroites qui traversent l’île de Ponza autour du port sont animées par le mouvement des personnes qui parcourent l’intérieur de petites boutiques d’artisanat, de souvenirs et de vêtements aux motifs peints à la main, en quête de quelque chose d’unique et spécial à mettre dans la valise et ramener chez soi.

ISOLA DI PONZA - LT FELLONE
Spaghetti con il fellone

La cuisine reflète également les saveurs de l’île et se caractérise par une large utilisation de la pêche quotidienne : spaghetti aux palourdes, thon à l’huile, anchois marinés, pâtes au crabe, linguine au homard, soupe de poisson et la traditionnelle « eau folle » (qui composait autrefois le seul repas des pêcheurs). S’y ajoute aussi une cuisine pauvre, qui emploie des légumineuses comme les lentilles, les gesses et les fèves pour en faire une soupe appétissante.

L’île change de visage le soir, grâce aux bars ouverts jusqu’à tard dans la nuit, devenant ainsi les catalyseurs de la vie nocturne des jeunes, mais pas seulement. Et le plus beau, c’est que dès le lendemain matin, tout recommence au chant irrésistible du soleil et de la mer.

Chiaia di Luna – Ponza

Que recommandons-nous ?

1) Une visite aux grottes de Pilate, situées dans la partie sud du port, sous le cimetière de Ponza. Il s’agit d’un complexe archéologique souterrain et sous-marin appelé ainsi en mémoire d’une ancienne légende mettant en scène justement Ponce Pilate.
Creusées et taillées à la perfection même sous le niveau de la mer, les grottes servaient très certainement à l’élevage des murènes, un poisson qui était sacré pour les Romains.

Fondale

2) Les profondeurs de Ponza offrent une variété et une beauté enchanteresses, un paradis pour les amateurs de plongée et de photographie sous-marine. Des parois ombragées, couvertes de gorgones et d’algues rouges, des prairies de posidonie, des pierres et des rochers tapissés d’une flore marine diversifiée révèlent, avec la faune de poissons, un spectacle pour les yeux.

Calette di Ponza

3) Ponza et ses magnifiques criques qui sont pour la plupart accessibles par bateau. Cala Feola est la seule plage de sable de l’île ainsi que l’une des plus belles. Ce paysage unique et protégé par les collines de Capo Bosco et par la Montagne de la Corte est bien adapté aux familles avec enfants. Vous tomberez amoureux de ses eaux cristallines et de ses fonds marins. Sachez que jusqu’aux années 1940, cette crique était habitée par les phoques moines qui venaient y passer l’hiver !

Commençons par une baignade pour explorer les fonds marins de ce lieu enchanteur ? Nous avons déjà mis le masque et les palmes… Prêt ? On y va.

Pour plus d’informations :
www.comune.ponza.lt.it
www.prolocodiponza.it

Share this:
Amenities

Idées de voyage

Add to Wishlist

Reportage. Dans la région de Viterbe en famille Nous étions en avril, mais en été c’est encore mieux. Après quelques heures de trajet, l’indication « Viterbo 2 km » apparaît sur l’autoroute. A l’arrière les enfants exultent car ils savent que nous sommes partis pour trois jours de découverte et d’amusements en compagnie d’amis. Le groupe est conséquent, mais la réservation de l’hébergement – certains vont à l’hôtel, d’autres en B&B, d’autres en gîte, a été très simple. Parking gratuit au centre, près de la via Faul. Les enfants sont immédiatement attirés par une statue gigantesque qui surgit du sol. Elle s’appelle “Risveglio” (réveil). Et pour cause ! Immédiatement, un selfie ! Pas facile de cadrer à la fois le géant et le groupe en entier, mais on y est arrivés. Il est temps de partir à la découverte de Viterbe. Nous sommes encore un peu hébétés par le voyage quand nous entrons dans le centre historique. Première étape, la piazza del Plebiscito, avec deux splendides édifices pour cadre, le Palazzo Prefettura et le Palazzo dei Priori. Nous franchissons le portail du Palazzo dei Priori, siège de la Mairie et nous voilà dans la cour intérieure, face à une superbe fontaine du XVII siècle où il n’est pas défendu de jouer avec l’eau. De toute façon, comment freiner la joyeuse énergie des enfants ? De là la vue sur la ville est on ne peut plus attractive. La couleur grise des édifices en pierre tufacée et le basalte des rues rendent l’atmosphère très particulière. La beauté des palais, les fontaines présentes sur chacune des places évoquent la richesse et le faste d’antan. Nous adressons tous une pensée reconnaissante à ceux qui nous légué ces merveilles en héritage. Dans la vieille ville, les rares voitures qui circulent nous permettent de nous détendre et de laisser le champ libre aux enfants, qui lèchent les vitrines des boutiques ou se cachent derrière les escaliers menant aux entrées en saillie des maisons du quartier médiéval de San Pellegrino. Intact. Avant de visiter la cathédrale, nous décidons de manger sur le pouce pour respecter notre programme de visites. Café pour les adultes et glace pour les enfants, après tout nous sommes en vacances ! A présent cap sur la cathédrale romane dédiée à saint Laurent, le principal lieu de culte de la ville. On aperçoit déjà sa silhouette en marchant dans la Via san Lorenzo. Mais auparavant on traverse la place avec le Palais des papes et la fameuse loggia des ‘’bénédictions’’. En voyant le ciel se découper à travers la dentelle des arcades les enfants sont bouche bée et demandent qui possédait une demeure aussi belle et aussi raffinée. Impossible de ne pas leur raconter l’histoire de ces cardinaux un peu indolents, qui au Moyen Age, plus précisément en 1271, furent enfermés à clef dans le palais jusqu’à ce qu’ils se décident à élire le pape. Ce qu’ils firent en quelques heures. Durant les milles jours précédents, ils n’avaient pas réussi à se décider. C’est ainsi qu’est né le conclave pour l’élection des papes, qui aujourd’hui se tient à la Chapelle Sixtine au Vatican. Le Duomo est superbe, car beaucoup de papes ont séjourné à Viterbe. Les curiosités qui intriguent les enfants ne manquent pas, et l’on cherche ensemble sur le Smartphone des éléments historiques et des anecdotes. Ils ont été captivés. L’ascenseur qui nous ramène au parking est pratique et confortable. Après deux heures de repos mérité, une question se pose : «où on mange ce soir ? ». Chacun, mais seuls les « grands » cette fois, prend son Smartphone et fait une proposition après avoir consulté sites et réseaux sociaux. 15 minutes plus tard, le restaurant de cuisine traditionnelle est réservé, le dîner est sauf, on peut poursuivre notre visite de Viterbe. Le deuxième jour nous allons à Bagnaia, un bourg non loin de Viterbe, où nous visitons Villa Lante, une villa du XVIe siècle avec un jardin superbe, orné de multiples jeux d’eau et d’une magnifique végétation en fleur qui se développe sur cinq niveaux de terrasses. Avec les enfants, la présence de l’eau peut rendre la visite plus compliquée. Mais l’ensemble du jardin regorge de curiosités, ils sont fascinés par le ruissellement des eaux et les sculptures qui donnent à lieu une dimension hypnotique. La visite de Bagnaia a été assez rapide et nous avons encore la journée devant nous. On se dirige alors vers Bagnoregio pour découvrir un lieu incontournable, une des communes de Cività, connue sous le nom de « la città che muore » (la ville mourante). Une fois arrivés dans la ville des falaises, on remarque aussitôt la forte affluence de visiteurs. Mais sur le parking il y a de la place pour tous, y compris pour les nombreux camping-cars stationnés dans l’aire dédiée. Nous n’empruntons pas la navette et décidons de gagner la ville à pied : un peu moins de deux kilomètres, de quoi se dégourdir les jambes après un trajet en voiture. Le site, candidat au Patrimoine de l’UNESCO est accessible en payant un billet à prix modique avant d’entreprendre la montée du long pont qui mène au bourg. C’est avec plaisir qu’on apporte cette contribution. Le lieu est magique, et le panorama de falaises qui le ceinture est inédit. Ces aiguilles dressées sur des pentes sableuses et instables semblent un jeu d’équilibre conçu par un sculpteur, mais il s’agit bien de l’œuvre de mère nature. Entièrement construite dans le tuf, sur laquelle elle repose, la cité est véritablement fascinante. Elle évoque à nos enfants ces villages maritimes où l’on se promène tranquillement dans des ruelles ornées de fleurs et de plantes du maquis méditerranéen parmi les visages inconnus de vacanciers qui reviennent de la mer en fin d’après-midi. Ainsi le charme de Cività a su raviver les souvenirs heureux de leurs jeunes mémoires. La visite nous a enchantés. Avant de rentrer, une dernière photo pour immortaliser le souvenir de cette journée et ajouter un post à notre album de voyage. Pour un bref déjeuner nous faisons cap sur Bolsena, une petite ville donnant sur le célèbre lac du même nom. Nous y sommes en dix minutes de voiture. Nous nous contentons de la brise du lac et de la vue sur le centre historique où se dresse le château Monaldeschi, tandis que les enfants jouent librement sur les rives de sable et dans les aires de jeux qui leur sont destinées. Le matin du troisième et dernier jour de vacances, nous ressentons un pincement au cœur à l’idée de quitter ce lieu qui nous a accueilli comme de vieux amis, où nous nous sentions comme chez nous, mais il est temps de partir pour notre dernière étape : Bomarzo et son Parc des Monstres, autre lieu magique pour les enfants. Notre visite tombe en même temps que le Palio di Sant’Anselmo : le village est plein d’étendards des différents quartiers qui flottent depuis les balcons et de figurants en costume d’époque qui se préparent pour la parade. Le cortège défile dans la rue principale du village, et les quartiers rivalisent à coups de tambours et de numéros de jongleurs de drapeaux ; de jeunes filles en costume distribuent un gâteau traditionnel, le Pane di Sant’Anselmo, dans des paniers en osier. Tout le monde est ravi, et le spectacle, haut en couleurs, faire taire tous les velléités de caprice. Nous choisissons de visiter Bomarzo en fin d’après midi car certains jours de l’année, l’affluence de visiteurs est telle que la file d’attente pour la billetterie peut être très longue. Les parkings, en tout cas, ne manquent pas. Dans ce parc la nature est luxuriante ; nous laissons les enfants gambader librement à la découverte de ce lieu un peu en dehors du monde, presque surréel, qui surprend autant les enfants que les adultes. Photos, selfies, cadrages inédits racontent notre visite du parc et complètent le riche album photo de nos vacances dans la région de Viterbe. L’ogre des contes, la maison penchée, le temple, la tortue géante, sont une incroyable surprise pour nos enfants, qui caracolent sur les sentiers jusqu’à se retrouver, impressionnés, devant des géants, d’énormes bouches ouvertes dans lesquelles ils entrent en frissonnant, eux pourtant si téméraires, et des éléphants aux pattes plus grandes que papa. La Parc des Monstres de Bomarzo a conquis petits et grands, et nous savons maintenant qu’il a frappé l’imagination des enfants qui sont fiers d’en parler à leurs copains ! Ces trois jours sont une expérience que nous conseillons vivement, avec émotions garanties ! Nous la referons sans doute, dans une autre partie du Latium.

  • 01100 Viterbo VT, Italia