La via Francigena

Via Francigena

La Via Francigena, qui part de Canterbury pour arriver à Rome, est le chemin principal que parcouraient dans le passé les milliers de pèlerins qui se mettaient en voyage pour visiter les tombes et le lieu du martyre des saints Pierre et Paul.

C’est la plus importante des grandes voies de communication qui traversaient l’Europe au Moyen-âge. Pendant sept siècles, cette voie fut parcourue par tout l’Occident médiéval :  c’est la première route qui unit l’Europe.

Son nom dérive du fait qu’elle était empruntée comme voie d’accès en-deçà des Alpes par les Francs qui en firent la plus importante liaison entre le milieu de l’Europe centrale et les régions de la Méditerranée.

Elle fut aussi suivie par les Templiers qui devaient se rendre à Jérusalem au temps des Croisades. Du moment qu’il s’agit d’un parcours qui traverse l’Europe et qui se développe principalement en Italie du Grand-Saint-Bernard jusqu’à Rome et encore jusqu’à Brindisi, il offre l’occasion pour unir les différentes réalités locales, en particulier celles soutenues par la religion et liées au patrimoine monumental, artistique, historique et paysager.

Dans l’histoire, la Via Francigena, comme toutes les grandes routes qui traversent des territoires, a permis de créer des éléments de communication entre les différentes cultures locales en établissant aussi des échanges commerciaux et des rapports entre les populations. En effet, le 21 avril 1994, le Conseil d’Europe a déclaré la Via Francigena « Grand itinéraire culturel européen », comme le Chemin de Saint Jacques de Compostelle en Espagne.

Une autre tradition est représentée par la Via Francigena du sud qui de Rome conduisait vers les côtes de la mer Adriatique pour poursuivre le chemin vers Jérusalem. Et, vice versa, du Sud de l’Italie elle convergeait vers Rome en créant un réseau de parcours, parfois alternatifs, qui permettaient de traverser les marais frappés par le paludisme.

Le chemin du Sud au Latium est à présent défini et signalé : il constitue le raccord entre les deux grandes Destinations, Rome et Jérusalem, le passage d’un seuil consacré à la découverte des racines de la mémoire. A travers ce chemin il est possible de relancer un itinéraire inter-régional qui traverse la Campanie, le Molise, la Basilicate et les Pouilles à travers deux chemins, la Via Prenestina et la Via Appia, et de recomposer l’unité de sens et d’histoire avec la Via Francigena du nord.

En effet, la Via Francigena du sud, dans sa totalité du Latium aux Pouilles, attend d’être reconnue comme Itinéraire par le Conseil d’Europe, afin de réaliser une continuité institutionnelle réelle avec la Via Francigena provenant de l’Europe du nord.

Pour d’ultérieures informations : http://www.francigenalazio.it

Share this: