Villa Lante della Rovere à Bagnaia

L’esprit du jeu et de la surprise : ce sont les premières sensations et émotions des nombreux touristes qui découvrent chaque année la Villa Lante à Bagnaia, une des réalisations les plus significatives du XVIe siècle italien. Impossible de ne pas se laisser séduire par l’enchantement permanent de la visite de ce splendide parc, riche en fontaines artistiques et du magnifique jardin à l’italienne.

Situé à l’extrémité du village médiéval de Bagnaia, près de Viterbe au pied des Monts Cimins, l’accès à la Villa, qui occupe plus de 20 hectares, est précédé d’une arche située à l’extrémité d’une rampe de marches construite en 1772.

Le village est charmant, comme toutes les petits centres de la Tuscia en région de Viterbe, et l’élément qui le rend unique et extraordinaire est précisément cette Villa avec ses bâtiments décorés de fresques et son parc d’une beauté extraordinaire, où se trouve l’un des plus beaux et des plus célèbres jardins italiens au monde. C’est au milieu du XVIe siècle que, grâce à la volonté et à l’intuition du cardinal Francesco de Gambara, commença la construction de fontaines, cascades, haies, jeux d’eau, niches et labyrinthes de Jacopo Barozzi da Vignola.

Il ne s’agit pas d’une véritable villa, mais de deux édifices jumeaux placés du même côté, ouverts au rez-de-chaussée et caractérisés chacun par des loggias à trois grands arcs. Les fresques qui ornent les loggias dépeignent respectivement les villas les plus importantes du XVIe siècle dans le Latium avec les voûtes en art grotesque, œuvre de Raffaellino da Reggio, et des scènes marines, œuvre d’Agostino Tassi.

À l’intérieur des deux bâtiments, il est également possible d’admirer les paysages d’Antonio Tempesta ainsi que des fresques représentant des divinités féminines réalisées par le Cavalier d’Arpin.

L’élément caractéristique du Parc est naturellement représenté par l’eau qui jaillit de ses nombreuses fontaines, enrichies par des ensembles de sculptures de grande beauté et disposées sur cinq niveaux de terrasses superposées. Au centre de l’esplanade carrée qui s’étend devant les édifices, la grande fontaine composée d’un triple cercle de bassins attire immédiatement l’attention des visiteurs : appelée Fontaine des Maures, elle est surmontée d’un groupe de sculptures attribuées à Taddeo Landini, représentant quatre Maures. Et de même, la Fontaine des Lumières dans les jardins en terrasses est formée par 70 jets d’eau qui sortent de petites coupelles, avec partout autour, des arbustes et de grands arbres, des chênes, des chênes verts et des platanes.

Sur la troisième terrasse se trouve la Mensa del Cardinale (ou Fontaine de la Table), une énorme surface en pierre avec une cavité centrale où l’eau s’écoule : c’est ici que le Cardinal Gambara, à l’origine du Parc, aimait tenir ses banquets d’été.

Plus loin, jardins secrets et labyrinthes provoquent une succession de surprises et de trouvailles scéniques qui étonnent et désorientent le visiteur. La Fontaine des Dauphins, entourée de haies de buis, la Fontaine des Géants, ornée de deux statues colossales qui personnifient des rivières, et la Fontaine du Déluge, où l’eau coule d’une grotte.

L’un des édifices les plus curieux et intéressants du parc est certainement celui de la « glacière« , un bâtiment construit au début du XVIIe siècle en forme de cylindre, enterré sur près de 10 mètres qui, en hiver, était rempli de neige pour garder au frais boissons et glaces, dont le Cardinal Alessandro Damasceni Peretti-Montalto, neveu du pape Sixte V était friand.

Share this:

Demeures historiques, villas et châteaux