Vulci

À proximité de Montalto di Castro, à 120 km de Rome, se trouve une cité qui compta parmi plus grandes et les plus puissantes cités-États d’Étrurie : Vulci. Aujourd’hui encore, les vestiges étrusques comme ceux de la période de la domination romaine sont bien conservés.

Vulci, cité prospère entre autres grâce à ses échanges commerciaux avec la Grèce et l’Orient, qui influencèrent sa culture de la fin du VIIe à la fin du VIe siècle av. J.-C., abritait de très nombreuses boutiques artisanales centrées sur le travail de la pierre, du bronze et de la céramique.

La zone archéologique est ceinte par les remparts originaux (IVe siècle av. J.-C.), formés par de solides blocs de tuf qui protégèrent la ville pendant des siècles. On y trouve l’imposant podium d’un temple étrusque en blocs de tuf (Ve siècle av. J.-C.), les vestiges d’une domus noble datant de la fin de l’époque républicaine et un petit temple (sacellum) dédié à Hercule.

De l’autre côté du plateau où se situe Vulci, le splendide Ponte dell’arcobaleno (pont de l’Arc-en-ciel), datant du IIIe siècle av. J.-C. domine l’anse profonde du Fiora du haut de ses 30 m et longe le majestueux château médiéval de la Badia qui, au XIIIe siècle, appartint sans doute aux Templiers.

Le musée étrusque est installé à l’intérieur du château.

Dans le parc se trouvent également les grandes nécropoles qui occupaient la zone située au nord de la ville.

L’oasis imaginée par WWF s’étend le long de la rivière Fiora, où l’on peut se baigner dans le petit lac du Pellicone, alimenté par une cascade.

La visite du parc naturel et archéologique de Vulci peut se faire en empruntant les sentiers qui parcourent le plateau où se trouve l’ancienne cité étrusque. La randonnée qui longe la Fiora et mêle un itinéraire archéologique à l’itinéraire naturel, à la découverte de paysages diversifiés de la maremme étrusque, est l’un des plus belles. Les amateurs de deux-roues pourront visiter le parc en VTT, traversant grâce à une visite guidée les lieux de fouilles et les tombes étrusques, accessibles par des routes de campagne.

Si vous voulez plutôt vous mettre dans la peau des butteri (gardiens de bestiaux) de la maremme, il vous faudra vous adresser aux guides équestres agréés par le parc.

Quoi qu’il en soit, ne repartez pas sans avoir randonné sur l’un des sentiers qui s’étirent dans l’Oasis naturelle gérée par WWF le long de la Fiora.

Share this:

Lieux historiques